Nu Divin N6.jpg

« Dans l'ombre de mon esprit jaillit la lumière »

RONALD MARTINEZ  "La lumière à fleur de peau"

Tableaux ou photographies ? La question se pose devant les images saisissantes de Ronald Martinez, qui évoquent immédiatement la puissance picturale des grands maîtres de la Renaissance. L’artiste, qui se définit lui-même

comme « un photographe qui peint avec la lumière », repousse les frontières de la photo dans ses Nus divins 

où l’utilisation dramatique de la lumière fait rayonner la dimension sacrée des corps.

Photographe depuis plus de 20 ans, Ronald Martinez a fait ses débuts au Midi Libre avant d’ouvrir son propre studio à Paris. Armé de son Nikon, il travaille en collaboration avec des agences de mannequins, des comédiens,

mais aussi avec des cinéastes comme Agnès Varda ou Mathieu Demy pour qui il réalise, notamment, les clichés de l’affiche du film « Americano ». À partir de 2011, il commence à travailler sur la technique du clair-obscur. Passionné par la peinture de la Renaissance, il puise son inspiration dans les œuvres du Caravage, de Velásquez, de Michel Ange ou encore de Vermeer et d’Ingres. « Contrairement à la plupart des photographes, je travaille dans l’ombre et dans la complexité de mon esprit » confie Ronald.

Une dimension métaphysique, Amoureux par le beau et par une forme de transcendance, il approfondit ses recherches autour de la lumière pour sculpter les contours des corps et sublimer les carnations, dans des œuvres épurées où la frontière entre peinture et photographie devient perméable. Aucune retouche informatique dans ce travail.

Séduit par ces premiers nus, le galeriste Maurizio Nobile l’invite à poursuivre ses recherches dans son studio photo à Bologne, la ville du Caravage, où Ronald écume les églises et s’imprègne de scènes religieuses du Quattrocento.

Nulle reconstitution pourtant dans les œuvres qu’il produit, mais une réinvention de la peinture avec le langage de la photographie qui tend vers l’universel, l’intemporel. Si l’on reconnaît certains thèmes comme la Pietà (n°9) ou le Christ (n°10 et 11), il s’agit davantage de mémoire « sensorielle ». L’éclairage, comme le couteau du désir, sculpte le sujet sur un fond noir qui le plonge dans un vide abyssal. Chaque image nous renvoie à notre propre solitude, illustre l’aspect transitoire de la vie, le vide de l’existence, la mort inéluctable… Une part sombre qu’assume entièrement le photographe. 

Cette première série, intitulée Nus Divins : Hommage à la Peinture Italienne, est mise sur le marché de l’art en 2013 à l’occasion de l’Arte Fiera de Bologne et rencontre un succès immédiat. Représenté par la galerie Maurizio Nobile à Bologne et à Paris et par 29 Arts in Progress à Londres et Milan, Ronald Martinez est présent dans de nombreuses collections privées internationales. Une reconnaissance qui l’amène à poursuivre sa recherche artistique sur le chiaroscuro.

 

En 2015, il dévoile sa seconde série de Nus Divins, Du Rêve à l’inéluctable, où il sublime plus que jamais la beauté des corps dans son style si distinctif. Lauréat du concours Codice Mia à la Mia Fair de Milan, il signe la même année  la couverture de l’album Kalthoum du trompettiste Ibrahim Maalouf avec son Nu Divin n°13, et voit sa cote s’envoler autour de 8000€ lors de la vente aux enchères chez Cornette de Saint-Cyr. Après une série à part, Omnia Vanitas, où il confronte sa lumière à la thématique des vanités dans un esprit très caravagesque toujours, Ronald Martinez approfondit aujourd’hui sa réflexion sur le nu dans une nouvelle série qui met en scène, pour la première fois, des couples.

« Mon idéal est d’aller progressivement vers les grandes fresques de la Renaissance, comme La Cène de Léonard de Vinci » dit-il. Pour l’heure, avec un récent solo show à Legano en Italie, une exposition dans la collection privée de Pierre Passebon à la Villa Noailles et un nouveau projet de livre regroupant ses cent plus beaux Nus Divins, Ronald Martinez continue d’explorer le beau, entre ombre et lumière.

2020/2021, il collabore sur les albums "Piano Voix" d'Anna Chedid, "d'Omega" de Julien Voulzy, de "Nos Enfants" de Sasha Bogdanoff et signe la direction artistique du clip de Sasha Bogdanoff sur le maintien du droit à l'instruction en famille. 

En 2022, le Nu Divin N7, issu de la série " Hommage à la peinture italienne " rejoint la collection de Pierre Passebon ( Galerie du Passage ) aux côtés d'Yves Saint Laurent, Karl Lagarfield, Pierre & Gilles, Lucien Clergue au sein de l'ouvrage intitulé "Obsession Masculin", aux éditions Flammarion.

Toujours à la recherche de talents innovants, la galerie de photographie A.galerie a décidé pour sa nouvelle exposition, «Esquisses photographiques» de brouiller les frontières.

Deux artistes photographes sont mis à l’honneur : Alessandro Vasapolli et Ronald Martinez. Tous deux ont réussi à développer une technique photographique, une maîtrise du tirage et un goût pour l’encadrement qui font de leurs œuvres photographiques des toiles d’exception.

En 2023, il prépare un Solo Show à Paris, avec le grand collectionneur et galeriste Pierre Passebon ( Galerie du Passage ) et Florent Barbarossa ( Barbarossa Maison de ventes ), sur le thème du Nu Masculin. 

RONALD MARTINEZ
REPRESENTED

DIRECTRICE ARTISTIQUE 
ANNA ZOLOTARIOVA

DROIT IMAGE
BENOIT DUTOUR

A.GALERIE 
4, rue Léonce Reynaud
75116 Paris

www.a-galerie.fr

GALERIE 29 ARTS IN PROGRESS
Via San Vittore 13,
20123 Milan

www.29artsinprogress.com

GALERIE MAURIZIO NOBILE
Hôtel Jean Bart - Claude Passart
2, rue Chapon
75003 Paris

www.maurizionobile.com

 

  • Instagram

COPYRIGHT©2022RONALD MARTINEZ

 

PHOTOGRAPHIE D'ART EN ÉDITION LIMITÉE ET NUMÉROTÉE